Pourquoi j’ai décidé de partir à l’étranger ?

Depuis quelques années, trotte dans ma tête cette idée d’aller m’installer à l’étranger après mes études. Pour pratiquer l’anglais et me faire une expérience professionnelle différenciante.

 

En 2014,  j’avais tout misé sur le Canada.

Le PVT était difficile à obtenir (une énorme loterie). J’ai donc passé une année à me renseigner à fond, demander des conseils d’expatriés, et envoyer quelques candidatures à Toronto dans l’espoir d’obtenir un permis de travail jeune professionnel.

Cela m’a complètement ouvert les yeux sur mes chances de survie au Canada en temps que jeune diplômée sans expérience :

  1. Des expatriés sur place m’ont confirmé qu’il fallait avoir une bonne expérience pour trouver un travail dans son domaine (j’exclus évidemment les petits jobs en restauration etc. qui ne m’auraient pas permis de progresser dans mon métier et mes compétences);
  2. Les places sont très limitées (que ce soit pour le permis de travail jeune pro ou le PVT);
  3. Les entreprises que j’avais contactées ne me répondaient pas.

 

En 2015, j’ai eu mon diplôme.

Qui sonnait la fin définitive de mes 6 années d’études, et j’ai cherché du travail, mais les réponses étaient souvent les mêmes :

  1. Je suis junior, je n’ai pas assez d’expérience et de pratique;
  2. Mon métier est encore mal connu des entreprises;
  3. On embauche pas en CDI pour le moment… et j’en passe.

 

 

En 2016, j’ai décidé qu’il fallait procéder autrement.

N’est-ce pas le moment le plus propice pour partir et enfin réaliser un rêve ?
Trouver un endroit où on parle anglais, et où je peux progresser rapidement dans mon métier ?
Vivre une expérience qui me remettra d’aplomb et me motivera ?

La réponse a claqué dans mon cerveau ! Go to the United-Kingdom

J’ai épluché quelques annonces, et miracles, j’avais enfin des réponses !
Et j’ai reçu une bonne nouvelle de Glasgow. J’étais shortlisté pour un poste.

Entre-temps, je me suis mise à mon compte en freelance pour ne pas être bloquée dans un CDD ou un CDI si jamais je devais partir à l’étranger (c’est ce que je me suis dit au début).
Mais finalement j’ai eu une grosse mission de plusieurs mois, qui ne m’ont pas permis de passer les entretiens pour Glasgow.

Mais dans ma tête, l’étincelle s’était déjà allumée, et rien ne me ferait faire machine arrière.

Cette mission en freelance m’a permis de mettre de l’argent de côté en vue de mon départ au Royaume-Uni, et plus précisément Londres, puisque c’est bien là-bas que j’aurai le plus de chance de trouver du travail.

J’ai donc passé ces derniers mois à prendre tous les renseignements possibles pour mon expatriation en Angleterre. Le logement, le travail, les français, les quartiers, etc. Puis il y a eu le vote du Brexit. Mais mes plans n’ont pas changé 😉 .

 

Et pour répondre aux questions encore sans réponse : 

  • Non, je n’ai pas encore trouvé de travail à Londres, j’attends une réponse d’une entreprise cet été;
  • Je chercherai donc un travail à temps plein ou des petites missions dans l’espoir de commencer en septembre;
  • Non, je n’ai pas encore trouvé d’appartement. À Londres on loue une chambre en colocation, et on trouve une fois sur place;
  • Je vais profiter de l’été pour faire mes marques, et travailler sur quelques missions en freelance pour la France;
  • Je pars seule pour le moment;
  • Oui, je pars un peu freestyle… mais j’assume !
  • Oui, je veux toujours partir au Canada, mais plus tard, d’ici 1 an ou 2, selon le nouveau tirage au sort du gouvernement Canadien.

Vous aimez ce blog ? Aidez moi à le faire connaître !
Graine de pirate

Petite je rêvais d’être un pirate. Pas un pirate sanguinaire et avide de trésors, mais plutôt celui qui est aventurier, combatif et curieux. Je pars donc en expédition pour ma première aventure. Celle de la découverte de mon nouveau monde... Le Royaume-Uni.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *