Visiter l’Islande en avril

 

Ce que nous avons appris durant notre roadtrip en Islande.

 

l’Islande compte plus de moutons que d’habitants. Environ 400 000 moutons pour 325 000 habitants. En avril, il y en a très peu dehors. Tout simplement parce qu’il fait encore trop froid.

En été, les moutons sont remis en liberté dans les champs, et les troupeaux se mélangent. Au début de l’hiver une grande course (pour petits et grands) aux moutons est organisée pour ramener les troupeaux à la ferme. Il faut ensuite de vrais muscles pour trier les moutons.

Sur la route, nous avons surtout croisé des chevaux islandais et des oies sauvages qui mangent dans les champs. Il y a énormément d’élevages de chevaux. Ils ont plus la taille de poneys et ils semblent vraiment être résistants pour pouvoir passer l’hiver dans la neige par ce froid. On peut trouver de l’oie sauvage dans certains menus de restaurant.

Sur la côte sud, peu de macareux en avril. Certains arrivent par cette saison, mais la plupart arriveront pour les beaux jours (mai à août).  Au nord, il neige encore donc il est très peu probable que nous en trouvions. Ils passent la majeur partie de l’année en mer puis reviennent sur la terre ferme pour se reproduire. Ils sont fidèle au même partenaire et au même terrier – de plusieurs pièces – creusé dans la falaise. Au début du mois d’août est organisé une course aux bébés macareux sur l’ile de Heimaey. Car les petits macareux sont attirés par les lumières de la ville. Et ils sont ensuite relâchés vers la mer.

Certains restaurants proposent du macareux ou de la baleine.

Ce n’est pas quelque chose qu’il faut encourager, surtout que ces espèces ont tendance à fortement diminuer ces dernières années. Profitez plutôt des produits locaux comme le cabillaud, l’agneau, l’omble chevalière… Si vous passez par la région de Myvatn, n’hésitez pas à vous arrêter à l’auberge-restaurant Vogafjós qui vous propose de très bons plats à base de produits de la ferme (Mozzarella locale, boeuf…)

Parfois l’eau chaude du robinet a une odeur d’oeuf pourri. C’est le soufre dégagé par les sources naturelles, beaucoup exploitées pour l’énergie du pays (eau chaude, chauffage). D’ailleurs à ce propos, l’Islande est à 100% indépendante et dispose d’une énergie complètement renouvelable : la géothermie. Aucune énergie fossile, et le potentiel éolien n’est même pas exploité.

 

Sauvegardez cet article sur Pinterest !7

 

Vous aimez ce blog ? Aidez moi à le faire connaître !
Graine de pirate

Petite je rêvais d’être un pirate. Pas un pirate sanguinaire et avide de trésors, mais plutôt celui qui est aventurier, combatif et curieux. Je pars donc en expédition pour ma première aventure. Celle de la découverte de mon nouveau monde... Le Royaume-Uni.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *